Le mystère du Code Voynich, éditions Anfortas parution janvier 2019

Qui déchiffrera le fameux code ?
Trois étudiants de l’Université de Yale tentent de percer le secret du mystérieux manuscrit de Voynich.
Découvert près de Rome en 1912, le manuscrit fut acheté par Rodolphe II, l’Empereur de Bohème qui régnait à Prague au XVIe siècle à l’époque où des alchimistes exerçaient dans la Ruelle d’Or.

Disponible sur le site des éditions Anfortas au prix de 10€

 

Désirs, 2018, éditions Le petit Véhicule

Désirs est un livre d’artiste de haïkus érotiques illustrés par des photographies de Nina Egée.

Désirs, comme des instants résumés et synthétiques d’un long chemin poétique. Désirs, haïkus érotiques comme le lieu même de l’éternité de l’instant. Approchez. Voici le théâtre où s’expriment de véritables élans amoureux, des vertiges d’instants dont la souplesse souligne la vie des désirs qui peuplent ou habitent nos pensées au féminin ou au masculin. Ce livre suggère, invente, observe la naissance du beau désir d’éros. Les mots des haïkus écrits par Patrick Gillet sont savoureux, allusifs, concrets. Ils donnent à voir aussi pour reprendre une expression de Paul Eluard cité dans la préface de ce livre. Ces haïkus et ces photographies vont l’amble, s’épaulent tendrement dans les bras de la nuit ou d’un demi-jour scintillant d’émotions. Le poète et la photographe ont travaillé ensemble pour réaliser ce livre subtil comme une fleur de givre. J’apprécie les travaux issus des regards précis et amoureux du sujet traité par la photographe Nina Egée. Ses photographies allient avec tendresse caresse et beauté de la suggestion. Je goutte avec bonheur tous ces haïkus ciselés qui font mouche de Patrick Gillet. Je l’ai déjà édité dans Arbres avec la peintre Marion Le Pennec et ses encres. J’invite le lecteur, la lectrice à s’abandonner à la rêverie comme une douceur ensorcelante quand ils prendront le temps d’ouvrir ce beau livre dialogué dont la conjugaison nous mène au pays des désirs renouvelés comme de sûrs printemps. Ces haïkus sont des récits qui racontent une histoire et une rencontre.
Luc Vidal
Nantes le 19-11-2018

La sente en pente douce, 2018 éditions Stellamaris

La sente en pente douce est un recueil de haïbuns, un genre littéraire d’origine japonaise qui mêle prose et haïkus.

Le haïbun permet d’emprunter des chemins de traverse qui décrivent le monde dans sa diversité.

les haïkus se glissent dans les plis de la prose comme des éclats de lumière pour créer l’inattendu et surprendre le lecteur…

Leave a comment